Shou Sugi Ban, Yakisugi, bois brûlé : quelles différences ?

Si vous ne connaissez pas le bois brûlé, cet article est fait pour vous. En effet, ce terme va certainement être employé très souvent dans les années à venir. Et pour cause : c’est déjà à la mode au Japon, au Canada et dans les pays scandinaves.

Mais c’est quoi concrètement. Le bois brûlé est une technique de fabrication de bâtiments ou de meubles qui a de nombreux avantages.

Le Shou Sugi Ban et le Yakisugi sont des termes complexes lorsque l’on ne connaît pas le sujet. A quoi font-ils vraiment référence ?

Le bois brûlé, c’est quoi ?

Brûler le bois est une technique japonaise. L’origine de cette tradition n’est pas clairement définie temporellement. Certains chercheurs pensent que cela date du 18e siècle, mais cela pourrait bien être beaucoup plus ancien.

Cette technique ancestrale consiste à bâtir une habitation, ou tout autre bâtiment, en bois brûlé, plutôt qu’en bois traditionnel ou en pierre. Les Japonais avaient découvert cette technique qui avait de nombreuses propriétés.

Tout d’abord, ils ont remarqué que ce matériau ne prenait pas feu. En effet, étant déjà brûlé, le bois ne fait que chauffer et rougir au contact des flammes. Cette trouvaille était révolutionnaire pour les Japonais de l’époque.

Mais avec le temps, d’autres avantages ont été découverts : le bois brûlé résiste aux champignons et à la moisissure. Effectivement, en brûlant, tous les parasites ont été éliminés et le bois est devenu un habitat nocif pour les mauvais organismes. De ce fait, le bois brûlé n’attire pas les insectes : c’est très hygiénique.

Comment avoir du bois brûlé ?

Cette technique consistant à brûler le bois avant de construire quelque chose est typiquement japonaise et encore très peu courante en France et dans les autres pays. Cependant, cela se développe peu à peu.

Plusieurs manières existent pour brûler du bois. Les industriels utilisent un grand four dans lequel ils mettent la planche et la laisse le temps de la “cuisson”. Ainsi, la planche peut être parfaitement dorée équitablement sur toute la longueur.

  • Les artisans qui n’ont pas ce matériel utilisent un lit de braises et y déposent la planche quelques minutes.
  • Il est également possible de brûler des planches de bois à la main avec un chalumeau. Cependant, c’est long, fatiguant, et la planche ne sera pas brûlée en profondeur. Elle sera alors moins résistante.
  • Après avoir été brûlé, la planche aura comme une croûte noire. Il est possible de la garder ou de l’enlever afin d’avoir un bois plus clair et plus lisse. Cela n’enlève en rien la résistance de la planche, ce n’est qu’une question d’esthétique.

Il faut savoir qu’une planche de bois brûlée correctement a une durée de vie pouvant aller jusqu’à 80 ans. Pour l’entretenir, il suffit d’y appliquer du vernis ou de la peinture tous les 10 ans.

Pourquoi parle-t-on de Shou Sugi Ban ?

Il s’agit d’un terme employé dans le monde entier pour parler de cette technique de bois brûlé. C’est la formule japonaise d’origine.

Shou Sugi Ban signifie “planche de cèdre brûlée”. Cependant, ce n’est pas totalement exact puisque la réelle traduction est le mot japonais “Yakisugi-ita”. Le Shou Sugi Ban n’est qu’une déformation qui a eu lieu avec le temps.

La forme courte, Yakisugi, est donc la vraie bonne formule à utiliser quand on parle de bois brûlé. Mais le Shou Sugi Ban est resté le terme populaire dans toutes les régions du monde, sauf en Allemagne.

Finalement, le Shou Sugi Ban et le Yakisugi sont exactement la même chose : du bois brûlé.

A quoi sert le bois brûlé ?

A l’origine, les Japonais utilisaient du bois brûlé pour construire leur maison. C’était un matériau très résistant à l’eau, au vent et même au feu. L’entretien était facile, et le bois brûlé permettait de garder les petites bêtes éloignées.

C’est toujours le cas aujourd’hui, mais le bois brûlé a d’autres avantages qui sont exploités à notre époque. Notamment son design très particulier. Certains artisans fabriquent des meubles entièrement en bois brûlé. Résultat : un meuble unique, à la fois moderne, naturel et simple. Tables, chaises, commodes, de nombreuses créations ont vu le jour. La seule limite de ces fabricants est leur imagination.

Il est possible de bâtir un mur, ou toutes les façades, avec cette matière. En jouant sur la texture, les reflets et les couleurs du bois, le résultat final peut être surprenant.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *